Je me présente, je me surnomme Lizy, j’ai 31 ans et j’ai été diagnostiquée SOMPK dès l’âge de 19 ans, mais avec des symptômes perçus dès mes 13 ans. 

Pour débuter, à l’âge de 13 ans, mes symptômes ont été les suivants : 
- Très obèse, 
- Dérèglement hormonal (plus d’hormones mâles que femelles), 
- Noirceur sur les pliures de mon corps, 
- Problèmes de Thyroïdes, 
- Cycles irréguliers (de 3 à 6 mois), 
- Règles douloureuses. 

 

Suite à ces symptômes, on m’a prescrit comme traitement de l’Androcur accompagné d’un gel à intégré sur le bras afin de régler mes déséquilibres hormonaux. 
 

Le Syndrome des Ovaires Micropolykystiques m’avait déjà été prononcé, mais on m’a signalé que j’étais encore jeune et que cela serait plus compréhensible à postériori, en grandissant. 
 

Arrivée à l’âge de 16 ans, la prise de contraception « Minerva » fût demandée par mes parents pour se protéger, mais aussi par l’endocrinologue afin de réguler mes cycles qui n’étaient vraiment pas stables du tout. 
 

L’âge de 19 ans fût le commencement de l’état de ce syndrome, et les années les plus difficiles moralement ! 

Début des essais bébé, le nom du syndrome est clairement définit par les gynécologues. 
 

A 20 ans, arrêt de la contraception, aucune ovulation dûe aux cycles irréguliers. Après quelques cycles anovulatoires, prise de cachet « Metformine » afin de baisser mon taux d’insuline, car hyper-insulinique et demande impérative de perte de poids dû à mon obésité. 
 

Après l’échec de grossesse, prise de cachet « Pergotime » afin d’ovuler par traitement durant 6 cycles avec contrôle par courbe de température et suivi gynécologique. 

Toujours Échecs. 
Après des cycles de pauses, pour ne pas enchaîner et laisser respirer le corps, j’ai poursuivi par 6 cycles de stimulation simple par injection de « Gonal F » avec déclenchement par injection également « Ovitrelle ».

Échec...
 

À 22 ans, et dans la continuité, j’ai effectué un drilling ovarien. Une intervention consistant à trouer à plusieurs reprises chaque ovaires afin d’obtenir une ovulation naturellement, sans traitement. J’ai réussi à obtenir 3 cycles au repos avec une ovulation naturelle, mais toujours avec l’échec d’une grossesse. 
Arrivée à 23 ans et suite aux nombreux échecs, les dernières solutions se sont imposées. 5 Inséminations Intra-Utérines (IIU) effectuées et échec de nouveaux.

Pour finir, 2 Fécondations In Vitro (FIV), et aucune grossesse...

Après ce parcours semé d’embûches, et de nombreuses années (7 ans), la phrase revenant régulièrement de la bouche des 6 gynécologues consultés pour ces traitements est: "La perte de poids impérative, car Madame est obèse et cela bloque au développement de son ovulation". 
Avec beaucoup d’échecs, de pleurs, d’angoisses et de culpabilité dû à l’infertilité venant de ma part, une décision importante fût posé et pratiqué. 

 

A 25 ans, je me suis fait opérer d’une Sleeve avec une perte de 40 kg en 6 mois, soit mon surpoids intégral à perdre. 
Après mon divorce, à 27 ans, j’ai pris les contraceptions « Optidril » puis « Desogestrel » afin de me protéger et de réguler mes cycles qui étaient de nouveaux déréglés. 

Et voici la conclusion de mon passé, parcours et surtout roman sur mon expérience avec ce syndrome que je connais bien maintenant. 


L’obésité a énormément favorisé tous ces effets indésirables reliés à ce syndrome. Tous les gynécologues m’ont imposé de maigrir pour avoir la chance de donner la vie un jour, et depuis ma perte de poids, ces effets ont tous disparu : cycles irréguliers, hyper-insulinisme, dérèglements hormonaux. 
Ceci n’est pas irréversible ! Si je "regrossis" similairement à mon passé, le syndrome reviendra. 


Après avoir rassemblé le puzzle de mon passé et avoir décrypté tout ce que je viens de vous raconter, j’ai assimilé l’élément déclencheur qui fût mes antécédents maternels. Ma maman eut, avant son jeune âge de maternité, des kystes ovariens qui éclataient lors de son 1er jour de cycle, lors de ses règles, passants inaperçus.

Souvent, on met beaucoup de choses sous l’effet des antécédents médicaux, voir même la plupart des découvertes médicales, mais ce syndrome aurait pu obtenir comme déclencheur ceci. 
 

Ceci dit, j’ai aujourd’hui 31 ans, je ne suis plus obèse, mais je suis très stable avec un poids dont l’IMC est dans la normalité, avec des cycles réguliers, mais sans enfant malgré tout l’ordre revenus. 

En vous remerciant d’avoir tous lu et en espérant aider des personnes à mieux comprendre ce syndrome.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube

Contact:

Esp'opk

20 Chemin des Rabataux,
DOISSIN 38730,

Isère, France.

Téléphone:

News Letter:

Abonnez vous à notre news letter:

Suivez nous sur les réseaux:

Email:

Nos partenaires :

logo_bamp.png
LogoEndomindFrance_HD-transparent-e15500

Copyright ©2019 Esp'OPK

E8157F38-327C-44F0-A7C9-D2822BE15827_edi
logo_SUN.png
D3D40AEF-8267-4B49-BD70-A039CF26C5CC.web